L’importance de la culture d’entreprise

  Publié le 08.09.2020

La culture d’entreprise c’est bien, mais en quoi cela consiste concrètement ? Est-il vraiment utile de développer sa culture d’entreprise ?

Eh bien oui ! c’est même essentiel.

Chaque entreprise a une identité et une image claire auprès de ses clients et du marché auquel elle appartient mais elle dispose également d’une image informelle qui est celle développée en interne par les collaborateurs et leurs supérieurs. Les deux sont intimement liées car l’une influe forcément sur l’autre. Une culture d’entreprise bien développée se ressent à l’intérieur et ça se voit à l’extérieur.

La culture d’entreprise représente tout ce qui va rendre votre entreprise unique. Cela comprend les valeurs, le fonctionnement, l’identité, l’esprit, l’avantage concurrentiel, mais pas que. D’autres paramètres entrent en ligne de compte lorsqu’on parle de culture d’entreprise comme l’histoire de l’entreprise, l’éthique, la communication, le comportement des dirigeants mais aussi leur capacité à gérer et féliciter ou sanctionner les employés. Ces différents points, entre autres vont permettre aux employés de développer un sentiment fort d’appartenance à l’entreprise. Des employés à l’aise avec la culture d’entreprise sont des employés heureux et donc efficaces et productifs.

Qu’est-ce que la culture d’entreprise ?

 

Edgar Schein, professeur au MIT Sloan School of Management est l’inventeur de la notion de culture d’entreprise. Au cours de sa carrière, il marque un tournant dans les domaines du développement organisationnel, le développement de carrière, la consultation de processus de groupe et bien d’autres. C’est donc naturellement que le concept de culture d’entreprise s’est profilé dans ses recherches. Pionnier en la matière, il identifie dans son modèle trois niveaux.

 

  1. Le niveau symbolique dit des artefacts. On le retrouve tout en haut de la pyramide. Il se compose des éléments visibles de l’entreprise. Ceux qui vont permettre de constituer notamment la première impression. On retrouve alors la communication et le comportement des employés entre eux et avec les dirigeants et les clients, le langage, les vêtements, le savoir-vivre. Tout ce qui constitue l’image de la marque avec le logo de l’entreprise mais aussi les locaux et le matériel mis à la disposition des employés.
  2. Le niveau des normes et standards. Cet aspect moins évident à identifier regroupe des points visibles pour certains et inconscients pour d’autres. C’est à ce niveau que se situent les différents processus et la compréhension des valeurs de l’entreprise. On identifie alors les valeurs de l’entreprises qui vont alors dicter la ligne de conduite des employés. Leur comportement va alors s’adapter aux valeurs collectives et adopter une attitude adéquate.
  3. Le niveau des hypothèses se retrouve alors au bas de l’échelle. Il se compose d’acquis invisibles et souvent inconscients. Ces éléments sont tellement ancrés dans les membres de l’entreprise qu’ils ne se remarquent même pas. Ils représentent des points essentiels qui vont déterminer la manière de réagir des employés face à leur environnement.

 

Les différents types de culture d’entreprise

 

Terrence Deal et Allan Kennedy, des pionniers en matière de culture d’entreprise, sont dans les premiers à avoir écrits sur le sujet. Selon eux, la culture d’entreprise repose sur six points :

 

  • L’histoire : Ce sur quoi l’entreprise est fondée. Un passé commun à tous qui les rassemble. Une histoire qui définit les valeurs de l’entreprise.
  • Les valeurs et croyances : Ces éléments qui fédèrent et qui permettent de définir l’image culturelle de la société.
  • Les rites et rituels : Les différentes occasions de rassembler les employés. Que ces moments soient petits ou grands, ils permettent de favoriser les moments de partage.
  • Les figures héroïques : Les dirigeants qui sont l’incarnation des valeurs de l’entreprise et font figure d’exemple auprès de l’ensemble des collaborateurs.
  • Les histoires iconiques : Ces illustrations des valeurs de l’entreprises personnifiées par les figures héroïques.
  • Le réseau culturel : L’ensemble des personnes du plus bas au plus haut de l’échelle qui permettent de diffuser les valeurs de l’entreprise.

 

Sur la base de ces éléments qui composent la culture d’entreprise, Deal & Kennedy ont identifié quatre modèles dominants.

 

  • La culture « Macho », celle du tout ou rien. Les membres de cette culture d’entreprise sont joueurs et sont des adeptes de ce qu’on peut appeler la culture star. Elle se caractérise par un goût élevé du risque avec de grandes idées. Elle favorise la satisfaction immédiate avec des actes agressifs. Sa réputation repose sur sa réussite et son pouvoir. Ce modèle se retrouve souvent dans des domaines créatifs comme la publicité, la mode, la musique ou encore le cinéma.
  • La culture du risque dite du « Bet the company ». Les acteurs de cette culture sont des personnes discrètes qui privilégient un mode de travail calme et très organisé. Ce type de culture travaille sur des projets de grande envergure qui nécessitent un investissement conséquent. Les employés comme les dirigeants misent tout sur le savoir-faire de l’entreprise quitte à avoir un processus plus lent car plus analytique. Ce modèle est souvent adopté dans les domaines de l’industrie et de la technologie.
  • La culture « Work hard, play hard » ou culture du pain et des jeux. On retrouve là un modèle complètement différent puisque tout est basé sur l’apparence, l’image de marque. Le travail d’équipe est de rigueur et les opportunités sont grandes. Les rituels d’entreprise sont mis en avant de façon à proposer une communication externe intelligente. Ce modèle est typique des secteurs de l’informatique, de la grande consommation ou encore du commerce de voiture.
  • La culture « process » très bureaucratique. Les protagonistes sont très attachés au règlement et aux procédures. La hiérarchie est au premier plan. L’entreprise tourne efficacement et l’ambiance est assez stricte et formelle. Ce modèle est souvent retrouvé dans les administrations, les assurances ou les autorités.

 

 

Comment évaluer la culture d’entreprise ?

 

Lorsqu’on intègre une entreprise, évaluer la culture d’entreprise permet d’identifier votre capacité en tant qu’employé à vous adapter à cette dernière en fonction de vos principes personnels. Dès le processus de recrutement, vous pouvez relever des indices sur la culture de cette entreprise. Le recrutement était-il méthodique et organisé ? Les échanges sont-ils stricts et froids ou au contraire, chaleureux et encourageants ? Vous avez surement eu l’occasion de visiter l’environnement de travail également et de croiser certains employés. Quel est le dress code ? Comment sont les locaux ? Le matériel est-il adéquate ? Voilà un certain nombre de questions auxquelles vous pouvez répondre avant même d’être embauché. Pour la vie d’entreprise et l’état d’esprit des employés, il est facile de se faire une idée en allant vérifier ce que disent les anciens et actuels collaborateurs sur les réseaux sociaux.

 

Évaluez l’équilibre à trouver entre vie professionnelle et vie personnelle en posant des questions sur les horaires, leur flexibilité, la possibilité du télétravail ou d’autres avantages encore qui pourraient vous faciliter cette transition comme une garderie ou simplement des places de parking. 

 

Déterminez l’efficacité et la productivité des employés en recueillant des indices sur le travail d’équipe. Le supérieur hiérarchique parle-t-il de ses collaborateurs avec respect ?

 

De plus, pour étayer l’ensemble des informations récoltées, n’hésitez pas à poser des questions sur la vie d’entreprise. Ce n’est pas un sujet tabou et les entrepreneurs ayant travaillé au développement de leur culture d’entreprise seront fiers de vous en parler.

 

La question de la vie d’entreprise lors d’une candidature à un nouveau poste est tout aussi essentielle que la fiche de poste. La capacité d’un employé à s’intégrer à la vie d’entreprise va jouer sur son bien-être au travail et par conséquent, sa productivité. La culture d’entreprise est donc très importante pour les candidats qui recherchent un épanouissement professionnel dans un environnement qui leur correspond.  L’entreprise est toute aussi soucieuse de développer sa culture d’entreprise afin de favoriser la productivité de ses collaborateurs en leur proposant une vie d’entreprise agréable.